Sauve Garde le Salaves

English
Accueil
Le Salavès Menacé
La Menace
Le Danger
Un site saccagé!
Motoclub de Sebens
Essais Autos à Sebens
Pollution
Une Zone à Protéger
Et les Autorités…?
Pétition
Actualités

French
Home Page
The Salavès threatened
The Threat
The Danger
A pillaged site
Motoclub de Sebens
Car Tests at Sebens
Pollution
A Zone in need of Protection
And what have the authorities done...?
Petition
News

Écrivez-nous
Sauvegarde du Salavès
 

Actualités

L'Association Sauve-Garde du Salavès a décidé de cesser tout publication durant l'action juridique, considérant que son site représente la mémoire et la justification de cette action. 

Parution annoncée du rapport d'expertise: mi-septembre 2016

 

24 octobre 2013
Au cours de ce mois d'octobre, une plainte de la Mairie contre Jean-Yves Metge a été déposée auprès du Procureur de la République. Cette démarche juridique concerne, entre autres, des faits que nous dénonçons sur notre site. Notre Association a décidé de rejoindre la plainte de la Mairie, par voie d'action ou d'intervention, dans le but de se porter partie civile.

8 et 9 octobre 2013

Deux jours durant, sur la piste d'essais, une Citroën de rallye tourne dans un bruit d'enfer, vomissant d'impressionnants jet de pierres...

La piste longe le chemin communal, puis le traverse. Aucun service de sécurité! A chaque tour, la voiture passe dans les deux sens...

Spectacle son et poussière... Les riverains remercient Jean-Yves Metge pour cette délicate attention!!!
Mais jusqu'à quand faudra-t-il supporter l'insolence et le mépris de cet individu opérant en toute illégalité?

28 septembre 2013, nous répondons à Jean-Yves Metge

Bonjour,

Nous avons bien reçu votre courriel du 31 août. Votre réponse n'apporte aucune précision notable justifiant une remise en cause du contenu de notre site.

Pour être clair, nous vous demandons de produire :
 


1.  Les autorisations d’exploiter pérennement votre circuit auto et les pistes moto. Vous avez publiquement déclaré que vos activités avaient débuté il y a 35 ans.
 


2.  L’autorisation d’exploiter vos carrières.  
Pour info, la définition d’une carrière est un « terrain d’où l’on extrait des pierres ou du sable ». Les carrières sont soumises à demande d’autorisation. 
 


3.  L’autorisation d’agrandir les bassins DFCI existants par la construction, en 2011, d’une digue-barrage qui décuple, au bas mot, leur surface antérieure. 
Vu l'importance, ce type d'ouvrage nécessite d’autre part un permis de construire, que nous vous demandons également de produire.
 


4.  Les permis de construire pour 8 tremplins de terre destinés aux évolutions acrobatiques de vos usagers motocyclistes.
 


Seuls ces documents officiels pourraient justifier une remise en question d’éléments de notre site.
 
En attendant, nous continuerons à tenir nos adhérents au courant de l'actualité.
 


Avec nos salutations distinguées,
campagne@sauvegarde-du-salaves.com

Carrière no 1.
Septembre 2013: bref historique en image


Avril 2011                                                                                                             Janvier 2012

  Septembre 2013

  Etat de la carrière no 1 à fin septembre 2013

Le 30 août 2013

Suite aux essais du véhicule "made un China" le 20 août dernier (voir chapitre Essais Auto à Sebens), un nouvel engin de compétition particulièrement bruyant est testé sur le circuit le 30 août 2013.
Photographie d'un passage sur une rive de la première carrière clandestine. L'amoncellement de détritus derrière le cône orange masque, avec quelques végétaux, un énorme nuage de poussière provenant du roulage de ce véhicule de l'autre coté de la colline...

______________________________________________________________________

Le 27 juillet 2013, nous avons reçu le mail ci-dessous de la famille Metge:

Après avoir pris connaissance des pages consacrées au domaine de Sebens sur votre site "Sauvegarde du Salaves" , nous sommes abasourdis par le nombre de mensonges qui y figurent, vous circulez sur le domaine s'en y avoir été invité, vous affirmez des situations passées, présentes ou à venir, issues de votre seule imagination.
Ne pensez vous pas que vous trompez lourdement les signataires de la pétition que vous invitez à signer sur de fausses affirmations diffamatoires, avec atteinte à la liberté d'autrui et violation de propriété?

Nous ne sommes pas des procéduriers et ne nous mélons jamais de la vie des autres, mais face à un tel comportement , il est fort possible que nous saisissions la justice pour diffamation.  -  Famille Metge

Notre réponse:

Nous avons bien reçu votre mail du 27 juillet, mais sans précisions de votre part il nous est impossible de vous répondre concrètement. Nous n'avons d'autre intérêt que la poursuite de la vérité, la tranquillité et le respect pour l'environnement où nous vivons. Nous vous demandons de nous fournir la liste de tout ce que vous considérez comme "mensonges" ou "situations...issues de notre seule imagination".  Nous l'analyserons dans les meilleurs délais et ajusterons le site si vos réponses nécessitent une révision.

Sans réponse de votre part, nous partirons du principe que "qui ne dit mot consent". 

Veuillez agréer l'expression de nos sentiments les plus distingués.  -  Association de Sauvegarde du Salavèss.

________________________________________________________________________________________________

Le 9 juillet, le Midi Libre a publié un article traitant de l’action judiciaire que le Conseil Municipal de la Commune de Sauve a voté le 30 mai pour « défendre les intérêts de la commune dans le cadre des différentes contraintes liées au domaine de Sebens ».  Nous reproduisons l’article ci-dessous, suivi par notre réponse aux affirmations de M. Metge.


 

La réponse de l’association :

 

Qui sont les vraies victimes, M. Metge ?

 

M. Jean-Yves Metge se présente comme victime.  Ce qu’il fait aujourd’hui, dit-il, n’est en aucun détail différent de ce qu’il a fait à Sebens pendant 35 ans.

Mais ce site internet montre clairement comment, depuis 2004, M. Metge a créé son circuit en occultant ses intentions aux yeux des autorités.  Il suffit de comparer deux vues satellites du domaine de Sebens prises en 2002 et en 2009, pour comprendre la transformation – le saccage – du terrain.  Et depuis 2009, la situation a empiré !

 

« Accès aux parcelles »

Selon M. Metge, le circuit ne consiste qu’à «des chemins d’accès aux parcelles».  Faut-il y comprendre «parcelles agricoles» ? Dans ce cas, il est curieux que les riverains ne remarquent aucune activité agricole sur le domaine depuis des années.

 

« Les constructeurs ne paient pas de location »

M. Metge nous informe que «les constructeurs» - on doit imaginer qu’il parle de Citroën, Mitsubishi, Peugeot, Yamaha, Michelin, Subaru et d’autres qui utilisent régulièrement le circuit de Sebens  – «ne paient pas de location». Veut-il nous faire croire qu’il massacre son domaine, torture les riverains et fait tous ces travaux par altruisme ?  Et pas d’ «honoraires» non plus?  Allez, un peu quand même. Par exemple le prix des stages de motocyclisme...

 

« Je fournis une prestation de remise en état des chemins dégradés »

Ça devient hilarant.  Est-ce que M. Metge nous parle sérieusement de remise en état des chemins communaux laminés par ses pistes qui les traversent ou les empruntent à grande vitesse ?  Alors, quand compte-t-il remettre en état le chemin communal en contrebas de son « bassin de rétention », inondé depuis plus d’un an par des fuites provenant de la retenue d'eau?  Et réhabiliter celui qu’il a dévié pour aménager une nouvelle piste en juin dernier?

 

« Je crée de l’activité économique à Sauve ! »

Très bien, le point d’exclamation.  Car en fait M. Metge détruit des emplois à Sauve, pour son propre profit.  Autour de Sebens il y a des entreprises qui périclitent car leurs clients n’apprécient pas le vacarme et la poussière.  L’effet sur le tourisme vert à Sauve, où les randonneurs subissent la cacophonie des voitures et motos jusque dans la Mer des Rochers, est également nuisible, aggravé par les engins monstrueux de M. Metge qui massacrent le vallon du Banassou.  A tout cela il faut ajouter la situation des écrivains et artistes du voisinage qui, perturbés par le bruit, ne peuvent plus écrire ou peindre, et les personnes souffrant de dépression à cause de ces activités. Sans compter la dépréciation importante de la valeur du parc immobilier…. C’est vraiment une belle création d’activité économique!

 

« C’est un plan d’eau DFCI »

M. Metge clame avoir les autorisations pour une retenue d’eau de quelque 4’000 m2.  « Si  les pompiers ne savent pas que c’est un plan d’eau DFCI, c’est que l’administration n’a pas fait son travail ! »  Mais soyons logique : les petits lacs existants couvraient déjà largement les besoins DFCI en cas d’incendie et les pompiers ne l'on jamais ignoré. La subvention était déjà attribuée, à ce titre là, on peut facilement croire M. Metge; mais ces lacs se prêtaient assez mal pour faire du jet-ski.  Selon les autorités le plan d’eau est illégal.  Point.

 

« Je suis arrivé avant vous »

M. Metge se penche lourdement sur une loi prétendue d’antériorité.  Le journaliste remarque que «Jean-Yves Metge souligne qu’un PLU ne peut s’appliquer sur des activités qui lui étaient antérieures». M. Metge devrait se renseigner auprès de son avocat pour être certain de ce qu’il avance.

 

Nous aurions encore de nombreuses interrogations, mais nous nous limiterons à trois :

 

De belles carrières

A quoi servent les belles carrières que M. Metge a créées ?  Et quelle est la destination des milliers de tonnes de pierres prélevées – en fait, du sous-sol qui appartient à l’état français ?  Est-ce qu’il s’agit d’un travail bénévole de plus que M. Metge entreprend pour le bonheur de la société ?

 

Un parc d’épaves contaminant nos eaux

Quel est l’avenir de l’impressionnant parc d’épaves parsemées partout sur le terrain de Sebens ?  M. Metge, n’a-t-il pas le souci que les huiles et autres produits toxiques puissent contaminer nos eaux ? C’est bien connu qu’à Sebens la nappe phréatique monte presqu’à la surface du terrain.

Où est mon beau terrain d’antan ?

Et finalement une petite question qui nous rend perplexe.  Quand M. Metge s’éveille un beau matin d’été et examine le grand dépotoir qu’il a créé, ne se rappelle-t-il jamais du magnifique terrain qu’il a acheté de Dame Elizabeth Frink et Edward Poole il y a tant d’années ?

 

A notre connaissance, les autorités – Mairie, Préfecture, Procureur de la République – ne partagent pas les fantaisies de M. Metge au sujet de la légalité des activités passées et présentes qu’il exerce à Sebens.